Samedi 19 octobre 2024 à 20h

À partir de CHF 20.-

Billets disponibles en ligne ou sur place le jour du concert

En 1936, Frank Martin composa la musique de ballet Die Blaue Blume pour un concours organisé par le chorégraphe Pino Mlakar. Jugée trop avant-gardiste, l’œuvre fut mise de côté et oubliée pendant près d’un siècle. L’Odyssée Frank Martin s’associe à la HEM pour offrir à cette partition une première mondiale spectaculaire.

PROGRAMME

DIE BLAUE BLUME - d’après une idée de Pia et Pino Mlakar

MUSIQUE DE FRANK MARTIN, arrangée par Nicolas Bolens

CHORÉGRAPHIE de Mourad Merzouki

Création mondiale

Durée du spectacle : 1h30 sans entracte
(Ouverture des portes à 19h)

Le compositeur Nicolas Bolens a orchestré les 30 tableaux de l’oeuvre, offrant à chacun d’eux une palette de couleurs et de timbres ensorcelants. Sous la direction de Thierry Fischer, l’Orchestre de la HEM en promet une interprétation éclairée. Les 10 danseurs hip-hop de la compagnie Käfig, sous la houlette de Mourad Merzouki, insufflent à cette pièce une énergie et une fraîcheur remarquables, créant un spectacle vibrant et contemporain qui réinvente l’oeuvre de Martin pour le public d’aujourd’hui.

Vingt jeunes de 13 à 18 ans issus des classes de danse du cursus préprofessionnel du Conservatoire populaire seront invités à participer au spectacle, avec une chorégraphie dédiée.

Le spectacle sera suivi d’un moment d’échange avec le public, animé par le musicologue Guillaume Castella.

À partir de CHF 20.-

Billets disponibles en ligne ou sur place le jour du concert

Avec le soutien de:

Restez informé·e

Pour ne manquer aucune étape de l'Odyssée, inscrivez-vous! Vous recevrez toutes les infos directement sur votre courriel.

Espace presse

INFORMATIONS & ACCESSIBILITÉ

Pour toute information, et en particulier pour les personnes à mobilité réduite et accompagnantes, nous vous remercions de nous contacter à :

 accueil@odysseefrankmartin.ch ou par téléphone au 00 41 78 754 24 77

Orchestre de la Haute école de musique de Genève

violon

L’Orchestre de la Haute école de musique de Genève (HEM) est formé d’étudiant-e-s de l’institution. Il bénéficie de partenariats avec des formations professionnelles réputées de la région lémanique et de l’intérêt de chef-fe-s de renom. Des tournées internationales sont effectuées chaque année. L’Orchestre s’est produit en Hongrie, en Chine, au Japon, en France, à Singapour et en Finlande.

Acteur culturel régional important, l’Orchestre de la HEM collabore régulièrement avec le Grand Théâtre de Genève (GTG) , avec le festival Paléo de Nyon ainsi qu’avec le festival de musique contemporaine Archipel. L’académie d’orchestre organisée tous les deux ans avec la Zürcher Hochschule der Künste (ZHdK) sous la direction de chef-fe-s réputé-e-s constitue un événement majeur de la vie de l’école. L’Orchestre de la HEM collabore régulièrement avec l’Orchestre de la Suisse Romande (OSR), l’Orchestre de Chambre de Genève (OCG), l’Ensemble Symphonique Neuchâtelois (ESN), l’Orchestre des Pays de Savoie (OPS).

La promotion du répertoire contemporain, les liens étroits avec la classe de composition de la HEM et les nombreuses collaborations nouées avec l’Ensemble de musique contemporaine genevois Contrechamps permettent à nos étudiant-e-s d’interpréter la musique de notre temps et de créer les œuvres de nos jeunes compositeurs et compositrices.

L’Orchestre de la HEM est dirigé par des chef-fe-s d’orchestre réputé-e-s, notamment Jukka-Pekka Saraste, Leonardo García Alarcón, Pierre-André Valade, Emmanuel Krivine, Pierre Bleuse, Markus Stenz ou encore Domingo Garcia Hindoyan. En 2023-2024, l’Orchestre de la HEM accueille Clement Power, Laurent Gay, Peter Eötvös, Gábor Takács-Nagy, Guillaume Tourniaire, Kevin Griffith, Facundo Agudin et Victorien Vanoosten.

Il est également dirigé par les étudiant-e-s de la classe de direction d’orchestre de la HEM (professeur Laurent Gay) lors de sessions organisées dans le cadre du cursus d’études.

Depuis sa création, l’Orchestre de la HEM a participé à l’enregistrement de plusieurs projets discographiques, dont certains ont été salués par la critique internationale.

Nicolas Bolens

orchestration

En associant traditions et explorations nouvelles des matières sonores, les œuvres de Nicolas Bolens investissent l’espace en valorisant les éléments et les sujets qui se présentent à lui.

Sa musique est régulièrement liée à d’autres éléments : textes, films, lieux, évocations… Dans chaque contexte, il recherche une dramaturgie authentique favorisant des mises en situations inédites.

Ainsi avec l’ensemble Batida il imagine Welcome to the Castle (2017), trois actes musicaux pour des musiciens se déplaçant dans le château des Allymes près d’Amberieu-en-Bugey.

Pour le quatuor Gémeaux il écrit La Ville Oblique (2013), quatuor à cordes conçu comme une extension musicale au court métrage Un Chien Andalou de Dali et Buñuel.

La parole écrite, la plupart du temps poétique, arpente l’ensemble de sa production. Il a composé sur des poèmes de Celan, Sachs, Mallarmé, Char, Blok, Khayyam, Michaux, Eluard, Basho, Neruda, Rilke, Adonis, Shakespeare… Ces auteurs, de temps et d’origines diverses, l’ont conduit à intégrer de nombreuses langues dans ses œuvres considérant leurs potentiels sonores autant que sémantiques.

L’orchestration occupe également une place importante, repensant ainsi l’instrumentarium de certaines œuvres du passé. En 2018 il réorchestre les Lieder eines fahrenden Gesellen et la 4ème symphonie de Gustav Mahler pour le Lemanic Modern Ensemble sous l’impulsion du chef d’orchestre Pierre Bleuse.

Commandée par l’association Ouverture Opera, sa récente réécriture de La Flûte Enchantée de Mozart s’inscrit dans la même démarche.

Nicolas Bolens a notamment collaboré avec l’ensemble Batida, le Lemanic Modern Ensemble, les Swiss Chamber Soloists, l’Ensemble Vocal de Lausanne, l’Ensemble Vocal Polhymnia, l’Ensemble Vortex, les Basler Madrigalisten, l’Ensemble Vocal Séquence…

Né à Genève, il étudie dans un premier temps le piano au Conservatoire de sa ville natale, puis complète sa formation dans la classe de composition de Jean Balissat. Il se perfectionne ensuite auprès de Rudolph Kelterborn, Klaus Huber, Edison Denisov et Eric Gaudibert. Il est lauréat de nombreux prix de composition, dont ceux de l’Orchestre de Chambre de Lausanne (1993) et de la Banque Cantonale Neuchâteloise (2002), ainsi que boursier de la fondation Leenaards (1998).

Pédagogue et artiste engagé, il enseigne le contrepoint, l’écriture du XXe siècle et la composition à la Haute École de Musique de Genève, et s’investit dans plusieurs institutions liées à la création musicale en Suisse, dont l’Association Suisse des Musiciens, l’Association du festival Archipel, la Fondation Nicati-de-Luze, et le Conseil artistique du concours de Genève.

Pierre Fouchenneret

violon solo

Artiste insatiable, fort d’une discographie de plus d’une vingtaine de disques, il dédie plusieurs années de sa vie à l’œuvre d’un compositeur, s’entoure des plus beaux chambristes pour, le plus souvent, en graver une intégrale. En 2016, il enregistre chez Aparte l’intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven avec Romain Descharmes. En 2018, parait le premier volume d’une intégrale de la musique de chambre de Gabriel Fauré avec Simon Zaoui et Raphaël Merlin. Il se lance également avec le quatuor Strada, Eric Lesage, Florent Pujuila, Adrien Boisseau…dans le projet insensé de jouer toute la musique de chambre de Brahms. L’intégrale parait chez B-Records au cours des saisons 2018 à 2021. Au printemps 2020 parait son enregistrement des octuors de Schubert et de Raphaël Merlin aux côtés notamment de Nicolas Baldeyrou, David Guerrier ou encore Marc Desmons.

Enfant prodige, Pierre Fouchenneret obtient à 16 ans son premier prix de violon et de musique de chambre au CNSM de Paris dans les classes d’Olivier Charlier et de Daria Hovora, et remporte ensuite le Grand Prix du Concours International de musique de chambre de Bordeaux, le Grand Prix Georges Enesco de la Sacem, et devient lauréat de la fondation Natixis et artiste associé de la Fondation Singer Polignac.

Invité sur les scènes du monde entier, l’« archer hors norme » (Le Figaro) qu’est Pierre Fouchenneret est rapidement amené à jouer avec des musiciens d’exception tels que le Fine Art Quartet, Jean-François Heisser, Jean-Frédéric Neuburger, Zongh Xu, Julien Leroy, Nicolas Angelich…et fonde en 2013 le Quatuor Strada avec Sarah Nemtanu, Lise Berthaud et François Salque.

Artiste gourmand et complet Pierre Fouchenneret est reconnu par les orchestres français et internationaux pour son audace et sa vision du répertoire. Il a notamment été invité par l’Orchestre de la Suisse Romande, le Suzhou Symphony Orchestra, l’Orchestre National de Bordeaux, le Philarmonique de Brno, le Philharmonique de Nice, le Baltic de Saint Petersbourg, l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine. Pédagogue réputé, Pierre Fouchenneret enseigne à la Haute école de musique de Genève.

Loïc Vallaeys

piano

Loïc Vallaeys est un jeune pianiste franco-péruvien. Il commence le piano à l’âge de 4 ans, et a étudié tant en France qu’au Pérou.

À 13 ans, il est admis au Conservatoire National de Musique du Pérou où il obtient 3 années de suite le premier prix de sa catégorie, tous instruments confondus.

Après avoir obtenu son diplôme de fin d’études au Conservatoire, Loïc part à Genève pour continuer de se perfectionner auprès de Nelson Goerner à la Haute école de musique. Actuellement diplômé d’un Bachelor, il poursuit ses études en Master de Soliste à la HEM toujours auprès du même professeur.

Il a été lauréat du Prix Dominique Weber en mars 2023, un prix destiné à des jeunes pianistes talentueux étudiant en Suisse. Cette même année, il a également reçu le prix Adolphe Neuman de la Ville de Genève, décerné à un étudiant particulièrement méritant des classes de piano, violon ou violoncelle de la HEM. En juin 2024, il devient lauréat de la Bourse Marescotti en obtenant le prix spécial du festival Puplinge Classique.

Loïc s’est produit en tant que soliste au Pérou en jouant des concerti de Bach, Mozart et le Capriccio Brillante de Mendelssohn. Plus récemment à Genève, il a eu la possibilité de jouer en solo au Palais de l’Athénée, à l’Église Luthérienne, à la Cité Bleue ou encore au Temple de Carouge lors de différents festivals. Il a également donné un récital à l’Église du Lieu lors des Rencontres Culturelles de la Vallée de Joux.

En plus de sa carrière de soliste, Loïc a également donné plusieurs concerts en tant que chambriste, un genre qui lui tient tout particulièrement à cœur. Il a notamment joué en duo, trio, quatuor, et quintette, du répertoire allant de Haydn à la musique contemporaine, en passant par W.A. Mozart, Schubert, R. Schumann, Brahms, Smetana, Fauré, Rachmaninov, G. Mahler, Dora Pejacevic, ou Marc Eychenne, entre autres.

Arthur Noël

piano

Arthur Noël est un pianiste français de 23 ans, étudiant actuellement à la HEM de Genève en 1ère année de Master en interprétation musicale dans la classe de Cédric Pescia. Auparavant, il a étudié au CRR de Paris dans la classe de Jérôme Granjon, où il a obtenu son diplôme d’études musicales (spécialisé en piano) à l’unanimité en 2018, puis dans la classe de Fabrizio Chiovetta à la HEM de Genève où il obtint son diplôme de Bachelor en 2024. Il a également travaillé avec Brigitte Bouthinon-Dumas, Anne Queffélec, Philippe Cassard et Bernard D’Ascoli lors de cours particuliers et de masterclasses.

Finaliste du concours international de piano Merci Maestro à Bruxelles en 2018, 1er prix du concours de piano Lavaux Classic en 2022 et prix spécial de l’Association Dominique Weber en 2023, il a joué à plusieurs reprises dans l’église de Noyers-Sur- Serein pendant le Festival Les Rencontres musicales de Noyers, à Nancy pendant les Académies internationales d’été, à Tanger, au Maroc, dans plusieurs concerts privés (nombreux concerts à la Salle Davel à Cully, Hôtel des Trois Couronnes à Vevey, Salle des Abeilles à Genève, Théâtre des Rendez-Vous d’Ailleurs à Paris, Théâtre Le Regard du Cygne à Paris, Théâtre du Passage à Neuchâtel, Suisse) et pour des concerts de charité (concerts à l’hôpital Gustave Roussy, concert pour l’association de Monsieur Vincent et pour l’association de Dominique Weber). Il s’est également produit comme accompagnateur et comédien dans la pièce Rosa et Bianca, une production du Grand Théâtre de Genève, en 2022 et en 2023. Il a également composé un opéra en Anglais, “The Muse Calls”, qui fut créé le 21 Juin 2024 à la HEM de Genève, sur le site de Neuchâtel.

Mourad Merzouki

mise en scène et chorégraphie

Figure du mouvement hip-hop depuis le début des années 1990, le chorégraphe Mourad Merzouki inscrit son travail au carrefour de multiples disciplines. Autour de la danse hip-hop explorée dans tous ses styles, se greffent le cirque, les arts martiaux, les arts plastiques, la vidéo et la musique live. Sans perdre de vue les racines du mouvement, ses origines sociales et géographiques, cette confrontation permet d’ouvrir de nouveaux horizons à la danse et dégage des points de vue inédits.

Après avoir créé sa première compagnie Accrorap en 1989 avec Kader Attou, Éric Mezino et Chaouki Saïd, il décide en 1996 de développer son propre univers artistique en fondant sa compagnie Käfig, « cage » en arabe et en allemand. Depuis, il a créé 40 pièces dont la diffusion ne cesse de s’élargir. Au total, plus de 2 millions de spectateurs ont découvert les créations de sa compagnie lors de 4 000 représentations en France et à l’étranger, soit à travers 65 pays.

À la direction du Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne de 2009 à 2022, il développe un projet artistique tout à la fois ouvert sur le monde et ancré sur le territoire. Il crée des ponts avec le projet mené à Pôle en Scènes à Bron, dont il est conseiller artistique depuis 2016, mettant en synergie le Centre chorégraphique Pôle Pik et l’Espace Albert Camus. Sur ces territoires, il pilote deux festivals jumeaux, Karavel et Kalypso, offrant un large espace de visibilité aux compagnies de danse hip-hop. En janvier 2023, après 13 années à la tête du CCN de Créteil, il ré-installe la compagnie Käfig dans l’Est lyonnais, à Bron et à Saint-Priest, renouant avec le territoire qui l’a vu grandir.

Kader Belmoktar

assistant du chorégraphe

Kader Belmoktar débute la danse hip-hop en 1993 avec le groupe Culture Street, puis rejoint Zoro Henchiri et Traction Avant en 1997. Mourad Merzouki lui propose en 1999 la reprise du rôle de Frank II Louise dans le spectacle Récital. Il poursuit cette collaboration comme danseur dans Pas à Pas (2000), Dix Versions (2001), Corps est graphique (2003), Terrain Vague (2006), Tricôté (2008), Yo Gee Ti (2012), Pixel (2014), Cartes Blanches (2016) et Vertikal (2018). Son travail avec le chorégraphe évolue vers une plus grande complicité qui l’amène à l’assister dans son travail de création pour Terrain Vague (2006), Tricôté (2008), Agwa (2008), 7Steps (2014), Phénix (2022) et Beauséjour (2024). Kader complète sa démarche artistique par le biais de la transmission, animant de nombreux ateliers.

DANSEURS DE LA COMPAGNIE KÄFIG

Emma Guillet
Formée à La Rochelle, elle pratique le modern jazz et la danse classique. A 17 ans, elle est admise au CNSMD de Lyon en section contemporaine où elle se spécialise en partnering et floorwork. A l’issue de sa formation, elle intègre le Jeune Ballet de Lyon. Elle interprète des pièces de Claude Brumachon, La Horde, Russell Maliphant, Mathilde Monnier, Anne Teresa De Keersmaeker. En 2022, Emma intègre la compagnie Käfig pour Zéphyr.

Ethan Cazaux
Avec une mère chorégraphe et un père danseur, il s’oriente naturellement vers la danse, le kung fu et l’acrobatie. Il se forme au breakdance auprès d’un membre de Vagabond Crew et intègre Break’in Krew, lui permettant d’être finaliste de plusieurs battles. Il se forme aussi à la danse contemporaine, à l’international. À peine âgé de 18 ans, il intègre la compagnie Sara Ducat et la compagnie Käfig.

Camilla Melani
D’origine italienne, elle pratique la danse classique, le modern jazz et le contemporain. À 18 ans, elle entre au Jeune Ballet Jazz de Paris puis à 20 ans à la junior company de Cobosmika en Espagne, où elle se spécialise en acrobatie, partnering et floorwork. Elle crée ensuite sa propre compagnie Aleart. En 2020 elle intègre la compagnie Dyptik et la compagnie Käfig.

Wissam Seddiki
Il se forme assez jeune au breakdance dans sa ville natale près de Toulouse. Il intègre ensuite le CRR de Paris en section contemporain. C’est en 2017 qu’il entre au Centre National de Danse Contemporaine à Angers où il aura l’occasion de rencontrer de nombreux chorégraphes. Après l’obtention de son diplôme, il travaille entre autres les compagnies Sara Ducat et Hervé Koubi, avant d’intégrer la compagnie Käfig pour Zéphyr.

Mourad Messaoud
Athlète algérien natif d’Oran, il se passionne pour le breakdance à l’âge de 16 ans, mêlant acrobaties et expression artistique. Il s’établit d’abord à Los Angeles aux États-Unis, puis s’installe en France à la suite de sa victoire au RedBull BC One en 2016. Il poursuit sa carrière professionnelle auprès d’Hervé Koubi, pour qui il a dansé dans quatre créations, avant d’intégrer la compagnie Käfig.

Tibault Miglietti
Il pratique le breakdance de manière autodidacte avant de rencontre Paul-Oscar Viroulaud qui le forme et le suit dans son parcours. Dès 2017, il participe à différents battles avec le crew Parallèle Step. Il découvre la scène lors d’un projet mené par Hamid Ben Mahi en 2018. L’année suivante, il décide de suivre la formation du centre Adage de Bordeaux, à l’issue de laquelle il intègre la compagnie Käfig.

Soufiane Faouzi Mrani
Il commence la danse urbaine à l’âge de 18 ans et découvre un nouveau cadre d’expression qui nourrit son énergie créative. A partir de 2018, il intègre la compagnie Col’jam de Ahlam El morsli et Wajdi Gagui, puis les compagnies Dans6T de Bouziane Bouteldja, 2K-far de Khalid Benghrib, et Destins croisés de Ismaël Mouaraki. Il est membre du collectif marocain-français de recherche pluridisciplinaire TURBA, soutenu par l’institut français et L’uzine, et crée en 2020 son premier solo Adaptation soutenu par l’Institut Français de Meknès et la complicité de KLAP – Michel Kelemenis, dans le cadre de la coopération franco-marocaine et le soutien aux artistes marocains.

Mathis Joly
Mathis « Trix » Joly est un artiste danseur hip-hop freestyle et interprète de 24 ans. 

Ayant grandi dans l’Essonne, c’est à la Juste Debout School qu’il décide d’aller faire ses armes en intégrant la formation professionnelle, à laquelle il sortira diplômé 3 ans plus tard. Caractérisé par sa souplesse, son énergie et sa folie, la danse de Trix lui permet de se démarquer à la fois dans le milieu des battles que dans celui de la création chorégraphique.

Sofian Kaddaoui
Inspiré tout d’abord par le breakdance, Sofian est un danseur qui a commencé la tête en bas avant de se professionnaliser en participant à de nombreux battles à travers le monde. En 2018, il rejoint la compagnie Käfig pour le spectacle Folia. Depuis ce jour, il collabore sur différentes pièces de Mourad Merzouki.

Mathis Kaddaoui
Suivant les pas de son ainé, Mathis Kaddaoui s’est d’abord forgé une solide expérience dans les battles de breaking remportant notamment le Battle of the years en 2018. Aujourd’hui, il se tourne vers le monde de la création en intégrant la compagnie Käfig avec les spectacles La Couleur de la grenade, où il partage la scène avec son frère, et Beauséjour.

Les cours de danse au Conservatoire populaire

violon

De la danse classique au jazz en passant par le hip-hop ou encore la danse contemporaine, le Conservatoire populaire propose une variété de cours adaptés à tous les goûts et à tous les âges.

Pour les toute-petites, le Conservatoire populaire propose des cours d’éveil au mouvement conçus pour stimuler leur sensibilité artistique de manière ludique. À partir de 7 ans, les élèves commencent à acquérir une solide base en danse classique, alliant maîtrise du corps et plaisir du mouvement. Dès 10 ans, enfants et adultes peuvent se plonger dans un vaste programme de cours de modern’jazz, de danse contemporaine, de hip-hop, et bien plus encore.

Pour les plus passionnées, le cursus préprofessionnel du Conservatoire populaire offre une formation plus approfondie qui prépare les élèves aux concours des grandes écoles professionnelles.

Plus d’informations sur le site du Conservatoire populaire :  https://conservatoirepopulaire.ch/danse/

Yoann Tivoli

lumières

Après un BTS d’éclairagiste sonorisateur et quatre années comme régisseur dans des théâtres lyonnais, il signe ses premières créations lumières en 1994 et œuvre dans de nombreux domaines artistiques : musique, théâtre, expositions, événementiel… Pour la danse, il travaille notamment avec Inbal Pinto Dance Company, Frank II Louise, Bob.H Ekoto, Question, Pilobolus, Entre Nosotros et signe, depuis 1996, toutes les créations lumières de la compagnie Käfig. Co-fondateur du Groupe Moi, il a participé aux créations de toutes les performances et assure, en parallèle, la régie générale et lumière des tournées des créations sur lesquelles il a collaboré. Il occupe le poste de directeur technique de plusieurs compagnies.

Benjamin Lebreton

scénographie

Après un cursus en architecture du paysage, Benjamin Lebreton poursuit une formation en scénographie à l’École Nationale des Arts et Techniques du Théâtre de Lyon. Diplômé en 2005, il travaille en France et à l’étranger comme scénographe pour la danse, notamment avec Mourad Merzouki avec qui il collabore depuis 2006 sur chacune de ses créations, ou plus récemment avec Maguy Marin. Pour le théâtre, il conçoit des décors pour Phillipe Awat, Catherine Heargreave, Thomas Poulard, David Mambouch… En Allemagne, il a réalisé la scénographie de la création Songe d’une nuit d’été de W. Shakespeare au StaatTheater de Wiesbaden. En parallèle, il exerce l’activité de graphiste participant à la création des visuels de la compagnie Käfig ou à la signalétique de plusieurs grands bâtiments.